• Tous les véhicules
  • Utilitaires
Mon âge 26 ou plus

Histoire de l'ile de Saint Martin

Nul territoire aussi petit ne peut se targuer d'une histoire aussi riche que Saint-Martin. Cette île des Caraïbes qui est le berceau de deux peuples européens, a un passé singulier du fait de son emplacement géographique entre les deux Amériques. Tout débute à l'ère précolombienne.

 

1- Il était une fois, il y a plus de 40 siècles,…


Des fouilles archéologiques menées à Saint-Martin ont permis de dater la présence de cultures de peuples amérindiens remontant à 2 000 ans avant notre ère. Les premiers migrants venus s'installer sur cette terre fertile seraient arrivés un millénaire plus tard, en provenance d'Amérique de Sud. Il s'agit des Arawaks, peuple semi-nomade qui vivait des fruits de la cueillette, de la chasse et de la pêche. L'existence de cette population fut hélas mise à mal en l'an 1 400 lorsque les Caribes, guerriers anthropophages ont débarqué sur l'île. Les hommes auraient été décimés, tandis que leurs veuves auraient été asservies par les nouveaux arrivants.
Si plusieurs versions relatant cette période divergent, force est de constater les faits suivants manuscrits par les premiers colons :

1- Trois langues étaient utilisées par la population locale : l'une, celle des Arawaks était parlée par les femmes. La seconde, celle des hommes, était le fruit d'un mélange entre le caraïbe et l'arawak. Une dernière était le langage uniquement usité en référence aux activités guerrières.

2- Des artefacts clairement issus de deux cultures différentes n'ayant pas de lien, ont été retrouvés. Ce sont essentiellement deux types de poteries dont l'aspect est clairement distinct, dénotant une différence de style.

L'arrivée au XVIe siècle, des colons porteurs de virus inconnus, aurait fait disparaître la population amérindienne de l'île, incapable de lutter contre la maladie.

 

2- 11 novembre : fête de Saint-Martin


A 24 heures près, l'île aurait pu s'appeler Saint-Léon ou Saint-Josaphat. Elle porte le nom de Saint-Martin, parce que le 11 novembre 1493, jour de la Saint-Martin, le navigateur espagnol Christophe Colomb y a accosté. Désormais connue par les flibustiers et les corsaires venus de toute l'Europe, l'île sert de port de mouillage et commence à être convoitée pour l'existence de ses dépôts salins. Elle est ainsi surnommée « Soualiga », qui signifie Terre de Sel.

histoire_saint_martin


La présence de cette matière première a incité les Hollandais à s'installer à Saint-Martin au XVIIe siècle, afin d'en exploiter les gisements. Quant aux Français, forts de leur volonté de conquérir les Antilles, ils s'installent au nord-est de l'île pour y cultiver le tabac. Même si ces décisions ont provoqué en 1638 l'ire des Espagnols qui occupèrent militairement le territoire en réaction, l'Espagne finit par abandonner cette terre jugée trop petite, en 1648.

 

3- Le Traité du Mont des Accords


Plutôt que de guerroyer, Français et Hollandais ont alors intelligemment décidé de se partager la souveraineté de Saint-Martin. C'est ainsi qu'est signé le 23 mars 1648, un accord portant le nom de Mons Concordia, la montagne où il a été conclu : la région du nord d'une superficie de 52 km² revient ainsi à la France, tandis que la partie méridionale de 34 km² devient la propriété de la Hollande.

 

saint_martin_histoire

 

Saint-Martin se dédouble en Sint Maarten. L'article 3 du Traité prévoit « Que les Français et les Hollandais qui habitent cette île vivront comme des amis et des alliés, sans qu'aucun de part et d'autre ne se moleste ». L'article 5 précise que les ressources naturelles de l'ensemble de l'île sont mises en commun et l'article 7 prévoit que Français et Hollandais s'entraideront en cas d'attaque ennemie. Et c'est effectivement ce qui s'est passé des siècles durant pour résister aux nombreuses attaques de la marine anglaise.

 

4- En marche vers l'autonomie


Le particularisme de Saint-Martin la destine tôt ou tard à s'autogérer officiellement. Depuis 2007, la partie française est une collectivité d'outre-mer (COM), statut lui assurant une certaine autonomie. Bien que Saint-Martin fasse partie à ce titre de l'Union Européenne, ce n'est pas le cas de Sint Maarten, laquelle est depuis 2010 un pays composant les Pays-Bas, donc non-membre de l'U.E. Cette évolution de l'ensemble de l'île est d'autant plus inéluctable, qu'elle a mis en place un système économique basé sur le tourisme, très diversifié. L'offre touristique en matière d'hébergements, de locations de voiture et de loisirs y est en effet de grande qualité.

 

5- L'économie de Saint-Martin


Les siècles ont vu se succéder différentes cultures agricoles sous le climat favorable de Saint-Martin : le tabac, l'indigo, le coton, le cacao, le café et la canne à sucre ont tour à tour participé à l'essor économique de l'île, en complément de la production saline.

 

culture_sel_saint_martin

 

Mais au milieu du XXe siècle, s'appuyant sur sa proximité avec les États-Unis et prenant conscience de son merveilleux patrimoine naturel, Saint-Martin a opéré un virage à 360 degrés, axant l'essentiel de ses rentrées sur l'activité touristique.

 

 

Le résultat est que les mœurs se sont américanisées des deux côtes de la symbolique frontière saint-martinoise. Les deux langues officielles que sont le français et le néerlandais sont supplantées par l'anglais et la devise américaine est devenue la référence. Loin de dénaturer l'île, cette nouvelle présence de touristes américains s'inscrit en droite ligne de la tradition de Saint-Martin, celle d'une terre ouverte aux peuples, accueillante et chaleureuse.



Nous contacter
Service Clientèle : 05 90 77 67 67
Assistance 24/24h 7/7j : 06 90 48 55 67

Autres sites Europcar